Les troubles anxieux


Voir une araignée ou traverser un pont peuvent être cause d’un grand malaise pour certaines personnes. Tout comme se trouver au milieu d’une foule, assister à un mariage ou demander un congé déclenchent parfois la panique pour d’autres personnes.

Lorsqu’on ne dort presque plus, lorsqu’on ne veut plus sortir de chez-soi, lorsque les relations au travail, à la maison, avec les enfants deviennent des cauchemars, des douleurs dans l’estomac et des brouillards dans les pensées, c’est qu’il est temps d’agir.

Il est correct de parler de ce qui nous trouble.

Aperçu de quelques troubles anxieux

La phobie sociale

Il s’agit d’une peur importante du jugement d’autrui qui a des conséquences négatives sur la qualité de vie des gens qui en souffrent. Certaines personnes se sentent très inconfortables devant certaines situations et tentent même de les éviter. Par exemple, manger en public, parler à son patron, dire son opinion durant une réunion, parler à des étrangers, se chercher un emploi, aller aux toilettes publiques ou encore faire des activités de groupe ou participer à des événements sociaux comme des mariages, des funérailles, des fêtes de bureau.

L’attaque de panique


Il s’agit d’épisodes d’anxiété intense qui apparaissent avec ou sans raison apparente. Les symptômes physiques se traduisent par des chaleurs, des palpitations, des nausées, des étourdissements, des tremblements, le souffle court, l’impression d’étouffer. Il s’agit d’une peur intense, soit de s’évanouir, de perdre le contrôle de soi, de mourir ou de devenir fou. Parfois, la personne craint de faire d’autres attaques et s’inquiète de leurs conséquences.


L'anxiété généralisée

Certaines personnes vivent de l’inquiétude importante difficilement contrôlable et assez constante devant la vie en général. Elles vivent souvent de la fatigue, des tensions musculaires, se font des scénarios négatifs, deviennent souvent hyper vigilantes et très vulnérables au stress. On parle d’anxiété généralisée après au moins 6 mois d’inquiétude excessive et persistante accompagnée de symptômes physiques.


L'agoraphobie

Il s’agit d’une peur des endroits où il serait dangereux de faire une attaque de panique. Ceci amène souvent la personne à éviter ou à fuir ces situations. Par exemple être dans un lieu public, aller au restaurant, au cinéma, être seul à la maison ou ailleurs, prendre l’ascenseur, traverser un pont ou conduire sur l’autoroute, aller chez le médecin, le dentiste ou à la banque, s’asseoir à l’arrière dans une auto. C’est un état qui risque de diminuer la liberté de la personne, de réduire sa vie sociale et de l’isoler.



Références


L’organisme La Clé des champs a préparé une liste de ressources, dont certaines en anglais, sur les différents thèmes touchant l’anxiété. À consulter sur leur site web à l’onglet Ressources https://lacledeschamps.org/ressources-references/



Les phobies spécifiques


Il s’agit d’une peur obsessive d’un objet ou d’une situation. Par exemple la peur de certains animaux ou insectes; la peur des hauteurs, de l’eau, du tonnerre; la peur de l’avion, des ascenseurs, des espaces fermés; la peur des injections, du sang; la peur de vomir, de s’évanouir, etc.










.

Si les stress et l’angoisse dérangent au point de ne plus fonctionner normalement, il est recommandé d’en parler à un médecin, un psychologue, un travailleur social ou un professionnel autorisé à exercer la psychothérapie. Le site de l’Ordre des psychologues du Québec sert de guide pour s’assurer de consulter une personne compétente.